Publié le
This is some text inside of a div block.

Mécénat, bénévolat, mentorat : quelles différences ?

Logo wenabi
Par
Pauline
Publié le
22/9/2022
; Mis à jour le
18/11/2022

Après la grande démission de début 2022, l’heure est maintenant au “quiet quitting” (soit la démission silencieuse). Pour préserver leur santé mentale, les salarié·e·s décident de s’investir juste ce qu’il faut dans leur boulot. Et les preuves sont là : alors que 21 % des personnes interrogées dans le monde par l’institut de sondage américain Gallup se disent “engagées” dans leur travail, elles sont seulement 6% à répondre positivement en France.

Et si retrouver du sens dans son travail en s’engageant auprès d’associations était une des réponses pour endiguer ce nouveau phénomène ? 

Zoom sur le mécénat (ou mécénat d’entreprise)

Qu’est-ce que c’est ?

Le mécénat se définit selon le Ministère de la Culture comme "le soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général."

Il en existe trois types : 

  • Financier : l'entreprise réalise un don en argent, ponctuellement ou régulièrement ;
  • Matériel : l'entreprise fait don d'un bien mobilier (ex : matériel informatique, fournitures) ou immobilier (ex : un entrepôt, un terrain) ;
  • De compétences : l'entreprise réalise une prestation de service ou met son personnel à disposition de l'organisme (nous en reparlerons plus bas dans l’article car il nous intéresse tout particulièrement) 

Le mécénat ne doit pas être confondu avec le parrainage (ou sponsoring), qui donne lieu à une contrepartie directe pour l’entreprise qui parraine (de la publicité, par exemple).

Qui peut en bénéficier ? 

Le bénéficiaire doit être un organisme d'intérêt général, ce qui signifie que son activité doit être non lucrative et non concurrentielle, que sa gestion doit être désintéressée et que l’activité ne doit pas profiter à un cercle restreint de personnes. Le·a bénéficiaire peut également en bénéficier si son œuvre est d'intérêt général, à savoir, avec un caractère philanthropique, éducatif, sportif, humanitaire ou social, par exemple.

Quelles activités réaliser concrètement ? 

  • Don financier : des collectes de dons sont généralement organisées lors d’événements de crise, comme dernièrement lors du déclenchement de la guerre en Ukraine. wenabi a proposé à ses entreprises partenaires de se mobiliser financièrement pour venir en aide à la population ukrainienne touchée. Ce sont 2 500 collaborateurs·rices de diverses entreprises qui se sont mobilisé·e·s pour récolter 650 000 € en faveur des associations présentes sur le terrain (Médecins du Monde, la Croix-Rouge française ou encore United Way).
  • Don matériel : l’association des Restos du Cœur organise régulièrement des collectes de denrées alimentaires ou ponctuellement de fournitures scolaires lors de la rentrée des classes. À cette occasion, elle est à la recherche de bénévoles pour recueillir un maximum de ces produits auprès des personnes de passage dans les magasins participants. Ils seront ensuite redistribués aux personnes qui en ont le plus besoin. 
  • Don de compétences : quelques exemples d’actions se trouvent dans le paragraphe ci-dessous.

Découvrez notre article pour tout savoir sur le mécénat d’entreprise !

Zoom sur le mécénat de compétences (ou partage de compétences)

Comment le définir ?

Le mécénat de compétences est l’une des applications possibles du mécénat vu précédemment. Il permet de mettre à disposition les salarié·e·s sur leur temps de travail au profit d’un projet d’intérêt général, en mobilisant ou non leurs compétences professionnelles selon la chambre de commerce et d'industrie.

👉 Découvrez aussi notre guide pratique pour comprendre et mettre en place votre mécénat de compétences


Le mécénat de compétences est toujours réalisé sur le temps de travail du·de la salarié·e et peut prendre 2 formes :

  • La prestation de services : L’entreprise mécène propose à titre gracieux à une association un service spécifique ou une tâche prédéfinie, par exemple : créer une affiche pour un événement de l’association, trier des dons de vêtements, confectionner des repas pour les personnes dans le besoin…
  • Le prêt de main-d’œuvre : Le·a salarié·e rejoint temporairement l’organisme bénéficiaire, qui devient alors le superviseur de son travail et qui veille au respect des conditions de travail. D’un point de vue juridique et social, l’entreprise mécène reste le seul employeur du ou de la salarié·e. 

Les avantages du mécénat de compétences pour les salarié·e·s

  • Un moyen de donner du sens à son travail en rencontrant de nouvelles personnes ;
  • Développer ses savoirs et compétences en découvrant de nouvelles façons de travailler ;
  • Découvrir les actions de structures de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) tout en gardant les avantages de son entreprise (garantie du salaire,...).

Les avantages du mécénat de compétences pour les associations

  • Bénéficier des connaissances d’experts métiers ou de coups de pouce des collaborateurs·rices ;
  • Fédérer de nouvelles personnes autour de son projet ;
  • Élargir son réseau et rencontrer de potentiel·le·s futur·e·s bénévoles qui assureront des missions de manière pérenne par la suite.

 Les avantages du mécénat de compétences pour les entreprises 

  • Permettre à ses collaborateurs·rices de grandir et d’orienter leur parcours professionnel ;
  • Développer son impact social et la cohésion des équipes ;
  • Intégrer le mécénat de compétences à sa démarche RSE globale.

Le mécénat de compétences ouvre droit à une réduction d’impôts. Pour en savoir plus, découvrez notre article sur la défiscalisation et le cadre légal du mécénat de compétences.

Quelles activités réaliser concrètement et auprès de quelles associations ? 

Le mécénat de compétences peut consister, par exemple, en : 

  • des activités de traduction pour L’armée du salut, vient en aide aux personnes défavorisées par des maraudes, des distributions de repas, des aides à la réinsertion… ;
  • une collecte de denrées alimentaires avec Les Banques Alimentaires, dont la devise est Ensemble, aidons l'homme à se restaurer ;
  • le coaching d’un·e entrepreneur·euse réfugié·e avec l’association La Ruche, réseau d’incubateurs dédiés à l’innovation sociale ;
  • préparer des repas pour des personnes défavorisées avec Refugee Food, un projet qui a 3 objectifs principaux : faire évoluer les regards sur les personnes réfugiées, faciliter leur insertion professionnelle dans la restauration et valoriser les patrimoines culinaires du monde dans le souci d'une alimentation plus durable.

Le mécénat de compétences est généralement réalisé au profit des fondations ou associations reconnues d'utilité publique ou d'intérêt général, exerçant leurs activités en France. Il est également possible de s’engager auprès des collectivités locales, des fonds de dotation, des sociétés dont l’activité principale est l'organisation d'expositions d'art contemporain ou encore des établissements d'enseignement supérieur public ou privé agréés.

En entreprise, l’organisation des actions de mécénat de compétences peut passer par une plateforme d’engagement solidaire, comme celle proposée par wenabi, qui permet de mettre en relation les associations et leurs besoins avec les collaborateurs·rices. À titre d’exemple, les entreprises partenaires de wenabi proposent en moyenne à leurs équipes de bénéficier de 2 journées solidaires sur l’année, comptabilisées comme du temps de travail classique, à passer au sein d’une association pour effectuer une mission de mécénat de compétences.

Zoom sur le mentorat

salariés qui font du mentorat

Les caractéristiques du mentorat

Le mentorat désigne une relation interpersonnelle d’accompagnement, de soutien, une relation bénévole, en profondeur, sur le moyen-long terme (quelques heures par semaine sur une durée d’au moins 6 mois) et basée sur l’apprentissage mutuel, selon le Collectif Mentorat.

En 2019-2020, près de 30 000 jeunes en fragilité ont été accompagnés grâce à l’engagement bénévole de mentors selon une étude du Collectif Mentorat.

Tout le monde peut revêtir une casquette de mentor, que l’on soit lycéen·ne, étudiant·e, actif·ve ou retraité·e. Le tout étant d’agir avec confiance et bienveillance, dans un respect mutuel et sans obligation, que ce soit pour le·a mentoré·e ou pour le·a mentor·e.

Les bénéfices du mentorat pour les mentor·e·s 

  • Enrichir son expérience professionnelle et mettre à contribution ses connaissances :
  • Agir concrètement pour l’égalité des chances en venant en aide à des jeunes issu·e·s de territoires ruraux ou de quartiers populaires ;
  • Donner du sens à son travail et dans son quotidien.

Les bénéfices du mentorat pour le·a mentoré·e·s 

  • Prendre confiance en soi et croire en son potentiel ;
  • Acquérir de nouvelles méthodes de travail et compétences ;
  • S’inspirer, se motiver et être guidé·e dans son insertion professionnelle.

Les entreprises sont aujourd’hui invitées à se mobiliser dans le mentorat grâce au plan 1 jeune 1 mentor du gouvernement. Un moyen pour elles de s’engager pour la lutte contre les inégalités sociales. L’objectif ? 200 000 jeunes mentoré·e·s d’ici fin 2022. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site du Collectif Mentorat.

Quelles activités réaliser concrètement et auprès de quelles associations ? 

  • Parrainer un·e jeune avec l’Institut Télémaque et s’investir dans l’égalité des chances ;
  • Donner un coup de main à un·e étudiant·e (réflexion sur son projet professionnel et la découverte de métiers et secteurs d’activité, accompagnement à la recherche de stage/alternance/emploi,...) sur la plateforme Demain.org de l’association Article 1 ;
  • Faire découvrir son métier à un·e élève de 3e sans réseau avec l’association ViensVoirMonTaf.

Zoom sur le bénévolat (ou bénévolat de compétences)

une salarié qui réalise une mission bénévole sur son temps de travail

Qu’est-ce que le bénévolat ? 

Le statut de bénévole est aujourd’hui assez peu encadré par la loi. La définition la plus admise aujourd’hui est celle du Conseil économique, social et environnemental datant de 1993 : « est bénévole toute personne qui s’engage librement pour mener une action non salariée en direction d’autrui, en dehors de son temps professionnel et familial ».

Quelle différence entre le bénévolat et le mécénat de compétences ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la différence ne se situe pas au niveau du type d’action réalisé, mais bien au niveau du moment où l’action est réalisée : sur le temps de travail ou en dehors. Si elle est réalisée sur le temps de travail, elle est assimilée à du mécénat de compétences. Effectuée sur son temps personnel, elle correspond alors à du bénévolat.

Les avantages du bénévolat pour les bénévoles 

  • Rendre service et se sentir utile ;
  • S’impliquer dans une cause qui lui est cher ;
  • S’ouvrir à de nouveaux horizons et rencontrer de nouvelles personnes inspirantes.

Les avantages du bénévolat pour les associations

  • Bénéficier d’une main d’œuvre essentielle à son bon fonctionnement ;
  • Assurer la persistance de son activité.

À qui le bénévolat s’adresse-t-il ? 

À toute personne souhaitant s’impliquer dans le monde associatif, dans une approche éthique et humanitaire. À noter que le bénévolat est un don de soi librement consenti et gratuit, selon le site associatèque

Quelles activités réaliser concrètement et auprès de quelles associations ?

Il est possible de réaliser des missions de bénévolat dans de nombreuses associations différentes et en faveur de publics très variés. Voici quelques exemples :

  • animer des activités sportives avec Kabubu, qui vise à favoriser l'inclusion des personnes réfugiées grâce aux valeurs fédératrices du sport ;
  • accueillir un.e jeune migrant.e avec l’association l’Etape, qui agit en faveur d’enfants, adolescent·e·s et adultes rencontrant des difficultés dans leur insertion sociale et/ou professionnelle en Loire-Atlantique ;
  • aider des personnes âgées avec Paris en compagnie, un dispositif gratuit de lutte contre l'exclusion et la perte de mobilité des aînés ;
  • effectuer des maraudes avec La ballade des lucioles.

Vous le voyez, les formats d’engagement sont multiples et s’adressent aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Que vous ayez une demi-journée à disposition ou quelques heures par mois devant vous, vous trouverez toujours une mission sur laquelle vous positionner pour venir en aide à une association et ses bénéficiaires. De quoi redonner, sans aucun doute, un peu de sens à votre quotidien !

Vous souhaitez mettre en place une plateforme d’engagement pour organiser votre démarche solidaire en interne ? N’hésitez pas à prendre contact avec notre équipe 👇

Logo wenabi