03
/
05/2023

Perte de sens au travail : comment l’entreprise peut-elle y remédier ?

Par
Garance
Perte de sens en entreprise

Sommaire

Partager ce contenu
This is some text inside of a div block.

Perte de sens au travail, brown-out, quiet quitting… Ces termes qui se multiplient ces dernières années témoignent tous du besoin des salariés de se sentir utiles au quotidien dans leur travail, notamment suite aux conséquences de la pandémie, qui a sensiblement transformé le monde professionnel.

Qu’est-ce que la perte de sens au travail ?

La perte de sens au travail est définie par François Baumann dans son livre Le brown-out : quand le travail n’a plus aucun sens comme étant “un épuisement de l’individu par l’absurdité de ce qu’il fait”. Il s’agit d’un syndrome que l’on appelle le “brown-out”, qui se traduit par “une baisse de tension”. Ce syndrome mène à une démission morale et peut avoir des impacts sur la santé mentale et physique.

Plusieurs facteurs peuvent provoquer cette perte de sens au travail. En effet, elle peut venir d’un élément déclencheur tel qu’un projet impossible à mener ou tout simplement du travail en lui-même. Citons les “bullshit jobs”, concept théorisé par l’anthropologue David Graeber qui désigne un emploi vide de sens provoquant une souffrance chez le salarié.

En 2022, la France a connu un phénomène de grande démission, avec près de deux millions de personnes qui ont décidé de démissionner. Face à ces faits, la compensation salariale semble insuffisante pour convaincre les salariés de conserver leur emploi. Ils sont nombreux aujourd’hui à décider de changer de poste en espérant trouver un sentiment d’utilité dans leur travail. Le fait de démissionner car un travail ne correspond pas aux valeurs sociales et environnementales du·de la salarié·e porte d’ailleurs un nom: il s’agit du conscious quitting.

Le manque de reconnaissance et de valorisation que peut ressentir un·e salarié, les objectifs irréalisables et l’installation d’une routine monotone manquant d’autonomie et de liberté sont les principales causes de la perte de sens au travail.
La perte de sens au travail est également l’une des raisons de la large vague de quiet-quitting que nous avons (et continuons) de connaître. Les salariés découragés décident de ne travailler que le strict minimum.

Quels sont les symptômes du brown-out ?

La perte de sens au travail présente des symptômes précis qu’il ne faut pas manquer, car elle peut avoir des répercussions à la fois sur les salariés et sur l’entreprise !

Parmi eux, quelques signes clés pouvant indiquer une éventuelle perte de sens au travail des salariés :

  • Des difficultés de concentration et des troubles de l’attention,
  • Une tendance à la procrastination,
  • Un ennui croissant qui annihile toute initiative chez le·a salarié,
  • Un manque d’investissement et une négligence dans l’accomplissement des missions.

Mais heureusement, des clés existent pour redonner du sens aux collaborateurs·rices qui auraient perdu leur route.

Comment redonner du sens au travail des salariés ?

Donner du sens au travail de ses collaborateurs·trices permet de les motiver. Pour ce faire, il existe plusieurs pistes à explorer :

  • Une culture d’entreprise centrée sur le respect et la dignité de la personne,
  • La sensation de faire quelque chose d’important dans son travail et être valorisé,
  • Un alignement entre les discours internes et externes des entreprises.

Ainsi, le rôle des entreprises dans la définition du sens au travail est primordial. Lorsque l’on interroge les collaborateurs·trices sur leur perte de sens, on retrouve beaucoup d’éléments relatifs à l’organisation de l’entreprise. Ainsi, seule l’entreprise va pouvoir remédier au problème, car c’est elle qui définit sa vision et ses valeurs et la manière dont elle va les insuffler auprès de ses collaborateurs.

Quel est le rôle de l’entreprise ?

Nous l’avons vu, il y a plusieurs moyens pour les entreprises d’agir sur l’expérience de travail de leurs collaborateurs·rices. Voici les principales mesures :

1. Communiquer et faire valoir l’utilité du travail

Il est important de partager les valeurs, la stratégie et les objectifs de l’entreprise. C’est notamment en faisant preuve de transparence dans ces réunions d’équipe que vous permettrez aux employés de saisir les enjeux et l’utilité sociale des tâches à effectuer.

De plus, recevoir des signes de l’estime que mérite son travail permet de maintenir la motivation du salarié : salaire, perspectives d’évolution ou feedbacks réguliers valorisent et donnent du sens au travail réalisé.

La DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, Des études et des Statistiques du ministère du Travail) souligne que “l'expression du plein potentiel” joue aussi un rôle important dans le sens donné au travail. Chacun·e doit pouvoir développer ses compétences et les mettre pleinement à profit : le mécénat de compétences, l’accès à la formation, un changement de poste ou encore une progression dans la carrière sont autant de pistes à explorer.

2. Développer l’écoute et le sentiment d’appartenance des collaborateurs·trices pour un climat serein

L’attention portée aux besoins, aux difficultés, mais aussi aux réussites de chacun·e des collaborateurs est une manière d’éviter les conflits et de créer un climat de confiance. Pour cela, vous pouvez opter pour des entretiens individuels réguliers.

Permettre aux employés de participer pleinement au fonctionnement quotidien de l’entreprise et développer leur sentiment d’appartenance est une autre manière de répondre à la quête de sens des salariés.

Pour renforcer cette réponse, les entreprises peuvent aussi proposer des formations à leurs salariés. Ces formations leur permettront de se sentir plus utiles et considéré·e·s, puisqu’en les proposant, les entreprises montrent qu’elles se projettent sur le long terme avec les collaborateurs·trices. Elles y gagnent aussi, puisqu’elles obtiennent des salarié·e·s fidélisé·e·s et motivé·e·s.

Embarquer ses collaborateurs·trices dans sa politique RSE permet aussi aux entreprises de créer un sentiment d’appartenance. Cela peut se faire via différentes initiatives comme le mécénat de compétences, la participation à des conférences d’informations sur les causes soutenues par l’entreprise ou encore des collectes de fonds. Il s’agit là de mesures qui répondent aux exigences de la nouvelle génération et qui permettraient de rendre les postes attrayants et intéressants pour eux. En effet, la nouvelle génération souhaite rejoindre une entreprise dont les valeurs sont proches des siennes.

À lire également : 10 idées de causes à défendre avec votre entreprise

3. Veiller à l’équilibre personnel et professionnel

Une réelle séparation entre vie professionnelle et vie personnelle contribue à l’épanouissement de chacun·e. Par exemple, on pourrait éviter de solliciter ses collaborateurs·trices en dehors des heures de travail ou lors de leurs congés sauf urgence. À cela s’ajoutent d’autres avantages : horaires flexibles, journées de télétravail, jours de congés supplémentaires, etc.

Les entreprises peuvent aussi songer à accorder un certain nombre de jours à leurs collaborateurs·trices pour qu’ils puissent s’engager auprès de causes qui leur sont chères. Cela offre plus de temps et d’opportunités aux collaborateurs·trices de se consacrer à des causes qu’ils·elles aiment.

4. Favoriser la coopération et développer l’intelligence collective

La coopération, l’entraide et le soutien sont aussi essentiels à l’épanouissement professionnel. Une solution de plus en plus courante en entreprise : le team building. Il facilite la cohésion d’équipe, le travail collaboratif et développe l’intelligence collective.

Pour vous donner un exemple concret, Wenabi a facilité avec KCO la réalisation d'ateliers de team building pour Covivio lors de la SoCovivio week en juillet 2022. Durant cette semaine de cohésion, ce sont environ 250 heures de volontariat qui ont été réalisées ! Près de 90 collaborateurs·trices ont été impliqué·e·s dans ce projet solidaire, en participant à différentes activités telles que des missions terrain, du coaching, du mécénat de compétences, avec les associations Pik Pik Environnement, Wake up Café et la Cravate Solidaire.

team building solidaire
Team Building Covivio

5. Impliquer les salariés dans la RSE

L'engagement en image de salariés

Nous l’avons évoqué, fédérer les employés autour de la RSE, des valeurs de l’entreprise, et leur permettre d’agir en fonction de leurs propres valeurs et convictions (cohérence éthique) sont aussi une bonne manière de lutter contre la perte de sens au travail. Comment ? En les impliquant dans un programme solidaire, par exemple.

👉 Donnez vous de l'inspirations grâce à notre article présentant des exemples d'entreprises engagées !

Pour ce faire, Wenabi favorise l’engagement solidaire des entreprises en les accompagnant dans la définition et l’animation de leur programme d’engagement. La plateforme permet aux collaborateurs·trices de s’engager facilement auprès d’associations sur des missions terrain à réaliser sur et hors temps de travail.

90% des collaborateurs se disent prêts à s’engager pour une cause qui leur tient à cœur. Cet engagement s’avère bénéfique car il permet aux collaborateurs·trices d’ajouter du sens à leur vie professionnelle et de se sentir utiles en soutenant des causes qui leur tiennent à cœur. Quant aux entreprises, encourager cet engagement solidaire permet de renforcer leurs valeurs.

Besoin d’infos supplémentaires à ce sujet ?

Découvrez les bonnes pratiques, les grandes tendances et des conseils d’experts dans notre benchmark des programmes d’engagement solidaire !

Des exemples d’entreprises qui redonnent du sens au travail grâce à l’engagement solidaire

Wenabi aide les entreprises à impliquer concrètement leurs équipes dans leur plan d'action RSE et solidaire. Nombreuses sont les entreprises qui ont fait le choix de Wenabi pour les soutenir dans leurs projets d’engagement solidaire !

L’exemple de Groupama

Bénédicte Crété-Dambricourt, DRH du groupe Groupama, affirme que la mise en œuvre de l'opération don de jours en faveur des jeunes en insertion professionnelle, qui donnait la possibilité aux salariés de faire don de 1 à 5 jours de congé à une association, a demandé un véritable travail d’équipe. Impliquer les collaborateurs·trices dans ce programme d’engagement solidaire a permis de les fédérer autour de valeurs communes.
Participer à ce type d’action était une demande des collaborateurs·trices et le groupe a su faire preuve d’écoute ! Les collaborateurs·trices ont été très satisfait·e·s de l’expérience et ravi·e·s de voir leur entreprise porter des valeurs qui leurs sont chères. C’était donc une expérience très positive pour Groupama !

Les chiffres en témoignent puisqu’au total, c’est un don de 1 300 jours auprès de 17 associations qui a pu être réalisé !

C'est ensemble que nous avons construit ensuite le process pour viabiliser le versement des dons. Un bel exemple de collaboration autour d'une action de solidarité.

Bénédicte Crété-Dambricourt, DRH du groupe Groupama

A lire également : Tout comprendre sur les dons des entreprises aux associations

L’exemple de CFM

Les équipes de CFM accordent beaucoup d’importance à l’égalité des chances, c’est pourquoi leur programme d’engagement se focalise sur l’inclusion, notamment des femmes et des populations défavorisées. Une des initiatives du programme est la plateforme GivingBack@CFM, qui permet de mettre en relation les associations et les collaborateurs. Ces derniers disposent d’une journée de travail par an pour soutenir l’association de leur choix.Ces initiatives permettent aux collaborateurs de s’investir au sein de l’entreprise car elles demandent un investissement conséquent. Notamment, elles nécessitent d’être portées par chaque équipe et cela permet d’ailleurs de créer des moments forts les un·e·s avec les autres. Mais en plus de cet apport positif sur le travail d’équipe, ces efforts permettent à l’entreprise de porter des valeurs qui sont importantes pour les collaborateurs, leur donnant l’opportunité de les défendre dans leur travail !

Redonner du sens au travail; c’est une des grandes missions des entreprises aujourd’hui. Parmi les solutions possibles pour répondre à la quête de sens des collaborateurs se trouve celle de l’engagement solidaire et du mécénat de compétences. En effet, cette pratique offre la possibilité aux collaborateurs d’aider ponctuellement des associations œuvrant pour des causes qui leur tiennent à cœur à travers leur entreprise, leur permettant ainsi de retrouver un sentiment d’utilité au quotidien. Quant à l’entreprise, elle a l’occasion de renforcer ses valeurs et souder ses équipes en les mobilisant autour des causes qu’elle souhaite porter ! Pour les aider dans leurs démarches d’engagement, Wenabi les accompagne dans la réalisation et la mise en place de leur programme d’engagement !

Ce genre d'initiative ne doit pas seulement être conduit par un service RH ou RSE mais être porté dans chaque équipe.

Mathilde Savalle, HR Development Associate chez CFM

Redonner du sens au travail, c’est une des grandes missions des entreprises aujourd’hui. Parmi les solutions possibles pour répondre à la quête de sens des collaborateurs·trices se trouve celle de l’engagement solidaire et du mécénat de compétences. En effet, cette pratique offre la possibilité aux collaborateurs·trices d’aider ponctuellement des associations œuvrant pour des causes qui leur tiennent à cœur à travers leur entreprise, leur permettant ainsi de retrouver un sentiment d’utilité au quotidien. Quant à l’entreprise, elle a l’occasion de renforcer ses valeurs et souder ses équipes en les mobilisant autour des causes qu’elle souhaite porter ! Pour les aider dans leurs démarches d’engagement, Wenabi les accompagne dans la réalisation et la mise en place de leur programme d’engagement !

Partager ce contenu
This is some text inside of a div block.

Suivre notre actualité

Inscrivez vous à notre newsletter

S'abonner
Merci ! Votre email a bien été enregistré !
Oops! Something went wrong while submitting the form.